Première dame de mon jardin de printemps (eh oui, le printemps dans le Brionnais est comme une fête mobile…), la fève a toutes les vertus.

Légumineuse ancienne, originaire du Proche Orient, déjà consommée a l’âge du fer et après par les Grecs et les Romains, dans le Moyen Age elle était considérée la « viande des pauvres« , grâce à ses propriétés nutritionnelles. Après la découverte de l’Amérique, elle a été peu à peu remplacée par les haricots.20170607_122215_resized

C’est un légume qui pousse bien dans les terrains argileux (elle se régale ici!) et qui donne de l’azote à la terre, donc c’est bien comme premièr semis pour préparer au mieux le sol… Idéalement il faudrait la semer l’automne, car la plante, une fois sortie de la terre, ne craint pas le gel, et nous donnera ses fruits bien à l’avance au printemps. Malheureusement, j’oublie tout le temps cette tache, donc je ne profite des fèves que à partir du mois de Juin! Vous pouvez néanmoins la semer tout au long du printemps, et récolter tout au long de l’été.

Elle est bien gentille, car les pucerons l’aiment beaucoup, mais ne la dérangent pas, donc elle les ramasse permettant aux légumes qui sont a coté de s’en libérer!20170607_122151 copia

En Italie, ou elle règne dans la cuisine du centre et du sud, il y a la coutume de manger « Fave e Pecorino » (fèves et Fromage de brebis affiné) pour fêter le 1er Mai.

La fève est riche en protéines, fer (même plus que les oeufs), fibres et sel minéraux. Dans des conditions optimales, elle pousse au printemps justement pour aider l’organisme pendant le changement de saison, car elle est énergisante, dépurative et contient une substance appelée L-Dopa, qui aide le cerveau à produire la dopamine, neurotransmetteur lié à la motivation, à la compensation et au plaisir!

Comment la consommer?

Fraiche, en ouvrant la gousse pour découvrir les jolies graines vert clair qui reposent à l’intérieur, entourés par un matelas de mousse tendre.

Quand les gousses sont très jeunes, j’aime les cueillir et les cuisiner toutes entières, coupées en morceaux, dans huile d’olive, ail, sel et herbes aromatiques.20170607_130141

Les graines peuvent être consommés crues, avec du fromage salé ou blanchies pour enlever la peau et après utilisées dans plusieurs recettes différentes. Les toutes petites graines peuvent être mangées avec la peau.

Séchée, pour préparer la fameuse « Crema di fave e cicoria », plat typique des Pouilles, ou les fèves sont cuites jusqu’a l’obtention d’un velouté qui est servi avec des herbes amères sautées à l’ail, croutons, beaucoup de piment et huile d’olive. A tomber!

Les recettes avec ce légume sont nombreuses et variées.

Nous pouvons  tout simplement accommoder les graines blanchies et pelées avec d’autres légumes (petits pois, haricots verts, salade…) et/ou fromage et/ou céréales différentes (orge, riz, quinoa, sarrasin, blé…) pour des salades fraiches et nourrissantes.

Ou encore, assaisonner la pasta avec les graines sautées a l’huile d’olive et ail, et agrémentées par persil, menthe & zeste de citron, ou aneth & copeaux de Parmigiano.

Un risotto, des soupes ou des pâtes à tartiner profiterons aussi de cet ingrédient versatile!

Petit secret malin pour la corvée épluchage: comme c’est un travail simple, mais long, ça m’est arrivé de le faire dans les après-midi d’été assise au jardin en me faisant bronzer ou en écoutant de la musique ou encore de partager la tache avec enfants ou copains…

Si on n’a pas de jardin, ça suffit une terrasse, un balcon, ou tout simplement un vieux drap étalé pas terre dans le séjour, pour s’asseoir dessus pieds nus et imaginer la campagne en épluchant les graines… tout change!

 

Boulettes de fèves, fêta & menthe

Ingrédients pour 20 boulettes

  • 250 gr fèves sans gousses, blanchies et pelées
  • 1 oeuf
  • 200 gr de feta
  • feuilles de menthe
  • chapelure de pain ou polenta (pour les sans gluten)
  • huile d’olive vierge extra
  • sel & poivre
  • graines de sésame (facultatif)

Ecraser grossièrement les fèves.

Ajouter la feta, l’oeuf, la menthe ciselée, le sel & le poivre.

Former des petites boulettes.

Rouler-les dans la chapelure ou dans la polenta et (éventuellement) dans les graines de sésame et disposer-les dans un plat qui va au four.

Arroser d’huile d’olive et cuire a 200° pendant 30 mn (tourner a mi-cuisson).

Accompagner avec de la sauce tahini (purée de sésame, eau, vinaigre de cidre ou jus de citron, sel) ou du tzatziki (yaourt grec, ail, concombre,aneth et sel).

Avec une salade verte agrémentée par des amandes ou des pignons de pin grillés et du pain au levain, c’est un petit repas complet et gourmand.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s