« Comfort food » de saison

Quand il fait froid, je prépare un curry. Si je suis inquiète, je prépare un curry. Quand je veux faire vite (mais pas trop, voyons!), je prépare un curry. Si je veux séduire, souder des liens, créer de l’ambiance, je prépare du curry. Bref, vous l’aurez compris, le curry est mon « comfort food » idéal. Car…

…l’essentiel est invisible aux yeux…

A genou, je gratte la terre. J’enlève les cailloux et je défais les grosses mottes. J’apporte un seau de compost, puis un autre, et je les incorpore au reste. Avec un râteau d’enfant rose j’équilibre bien la surface. Voilà. Ainsi commence tous les ans ma saison au jardin. Dans la petite serre au milieu de…

Viaggio in Italia

Je suis rentrée avec les artichauts. Chaque fois c’est la même histoire: j’ai beau me dire que le local est mieux, que les légumes qui poussent là où j’habite sont ceux dont j’ai besoin, car mes exigences alimentaires sont naturellement ancrées au terroir où je vis… Après des mois de courges, légumes racines et choux,…

La tête dans les choux

Le jardin d’hiver: paillage mouillé, boue collée aux bottes, ciel gris et vent froid. Pas de quoi faire la fête! Néanmoins, j’ai envie de faire un tour tous les deux-trois jours, pour vérifier les dégâts du gel, surveiller la pousse des gentils légumes d’hiver et cueillir ce dont j’ai besoin pour une soupe ou un…

La Reine de l’hiver

« Le loup frappe à la porte, toc, toc, toc. « Qui est là ? » demande la poule. Le loup répond : « C’est le loup. » La poule s’affole : « Le loup ! » « N’aie pas peur, poule : je suis vieux, je n’ai plus une seule dent. Laisse-moi me réchauffer près de ta cheminée, et me préparer une…

Le temps de l’abondance

La fin de l’été:  les beaux jours s’achèvent et les pique-niques sous le soleil, ainsi que les diners à la belle étoile, restent des souvenirs délicats comme des bulles de savon. En ville, quand la période de vacances se terminait, la rentrée d’école était la rentrée au travail aussi, et une petite mélancolie s’installait toujours…

Eloge du silence

Il y a eu un temps ou je ne pouvais pas supporter le silence. Mes oreilles étaient tellement sollicitées par le bruit constant de la ville, voitures, klaxon, musique à fond dans les magasins, dans les bars… et encore, à la maison, les voix des voisins derrière les murs, l’ascenseur à toutes heures…

Taille tôt, taille tard….

Une belle journée de fin d’hiver, ensoleillée mais encore fraîche, le sécateur qui claque comme dans un salon de coiffure: c’est comme ça