Une belle journée de fin d’hiver, ensoleillée mais encore fraîche, le sécateur qui claque comme dans un salon de coiffure: c’est comme ça que je commence ma saison dans les vignes, en effectuant une opération d’importance capitale, la taille.

Ètant une liane, la vigne cherche en nature de joindre le plus rapidement possible les sommets des arbres pour trouver la lumière; pour cette raison les bourgeons situés à l’extrémité du sarment débourrent en premier et inhibent le développement de ceux situés plus bas.

La taille permet alors de limiter l’allongement des bois de la vigne, pour la contenir dans une espace compatible à la culture, mais permet surtout (plus intéressant si le but est de faire du vin) de régulariser la récolte, uniformiser la maturité des raisins et ralentir le vieillissement du cep.

vigne« Taille tôt, taille tard, rien ne vaut la taille de Mars » disait les anciens d’ici.

En effet la taille de la vigne peut commencer peu après la chute des feuilles, pendant la phase de repos végétatif, mais faite plus tard comporte plusieurs avantages

  • La date de débourrement est plus tardive, cela permet d’éviter les problèmes de gelées printanières, qui peuvent abîmer les bourgeons.
  • La plante semble être moins sensible à certaines maladies du bois (Esca etc.).
  • La vitesse de cicatrisation est sensiblement accrue.

Quand un sarment est coupé en fin d’hiver/début de printemps, la sève coule de la plaie, parfois par gouttes, et on dit alors que la vigne « pleure ». Le flux sortant empêche aux champignons et bactéries de rentrer dans le bois limitant ainsi la diffusion des pathologies.

tailleQuelques conseils pour améliorer votre taille:

  • la période de lune descendante est considérée comme favorable pour ce genre d’opération, surtout pour les biodynamistes
  • une bonne hygiène permet de maîtriser éventuelles contaminations: désinfecter régulièrement la lame de votre sécateur
  • pour avoir une coupe franche, bien penser à positionner la lame contre le bois qui reste, car  la contrelame écrase le bois
  • couper de préférence le sarment à hauteur du diaphragme: les sarments sont constitués de segments, appelés mérithalles. Chaque segment est séparé du suivant par un noeud, qui cache un diaphragme à l’intérieur (comme du bambou)
  • traiter les grosses plaies de taille (bois de grande section) avec un badigeon d’argile, eau, buse de vache et petit lait.

Ça y est, petit à petit les rangs s’écoulent, l’un après l’autre, propres et réguliers: la saison de la taille est finie. D’autres gestes se succéderont pour apporter soin et favoriser la vie des pieds.

La vigne, si bien chouchoutée, compensera vos efforts avec pleins des grappes juteux!

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s